Un monde prêt à apprendre

Vous souvenez-vous de ce que vous ressentiez quand vous jouiez ?

Vous souvenez-vous de ce que vous ressentiez quand vous jouiez avec votre jouet préféré ?

Vous souvenez-vous de ce que vous ressentiez quand vous jouiez avec des amis ?

L’éducation préscolaire à son meilleur niveau donne aux enfants des occasions d’apprendre par le jeu. Elle leur permet de donner vie à leurs idées, de tisser des liens et d’élargir leur horizon. Elle instaure un cycle d’apprentissage positif tout au long de la vie des enfants.

Les étapes les plus importantes du développement de l’enfant ont lieu avant que celui-ci ne franchisse le seuil de l’école primaire. À 5 ans, l’enfant a un cerveau développé à 90 % et dispose déjà des automatismes pour réussir à l’école et dans sa vie en général. Cela signifie que la petite enfance est une période essentielle pour poser les bases de la réussite à long terme, d’abord à l’école puis tout au long de la vie.

Les enfants qui suivent des programmes préscolaires sont mieux préparés à l’école et ont plus de chances d’acquérir des compétences de base en lecture, en écriture et en mathématiques dès les premières années de leur scolarité.

Une jeune fille tient une corde rouge au-dessus de sa tête tandis qu’elle regarde d’autres jouets devant elle.
© UNICEF/UN0199350/NooraniUne jeune fille s’amuse avec des jouets créatifs qui contribuent au développement de ses capacités motrices dans une classe spécialisée pour les enfants handicapés au centre LEC (Lire, Écrire et Compter) d’Ali Sabieh, à Djibouti.

Les arguments en faveur de l’investissement dans la petite enfance sont solides et indéniables. Pourtant, à l’heure actuelle, et ce sous-secteur reste le grand oublié des financements, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale. Il est donc urgent d’inverser la tendance et de s’intéresser aux questions du financement, de la qualité et de l’équité en matière d’accès.

Dans les pays à faible revenu, 85 % des enfants n’ont pas accès à des occasions d’apprentissage préscolaire. Pendant la période 2012-2015, moins de 1 % de l’aide internationale destinée au secteur de l’éducation a été affecté aux programmes d’éducation de la petite enfance.

Déterminer les clés de la réussite

À l’occasion de la Réunion mondiale sur l’éducation qui s’est tenue à Bruxelles, en Belgique, début décembre, l’OCDE, l’UNESCO et l’UNICEF ont réuni des experts et des professionnels de l’éducation de la petite enfance afin de s’attaquer aux problèmes de l’éducation préscolaire en matière de financement, de qualité et d’équité d’accès. Nous leur avons posé la question suivante : « Comment pouvons-nous conjointement tenir la promesse d’atteindre la cible des ODD de fournir une éducation préscolaire de qualité à chaque enfant ? » Ils nous ont fait part de leur expérience et ont rassemblé des données probantes afin d’émettre des recommandations sur la façon d’atteindre cette cible. Les voici.

Tout d’abord, nous devons accroitre le financement de l’éducation préscolaire afin qu’il représente au moins 10 % des budgets consacrés à l’éducation. Le Gouvernement de la Mongolie a alloué 23 % de son budget pour l’éducation à l’éducation préscolaire. Il est convaincu qu’il est possible d’avoir un budget proportionné en établissant un cadre juridique strict et en accordant la priorité à des politiques qui mettent l’accent sur l’importance des programmes d’éducation de la petite enfance sans qu’une telle mesure ne compromette pour autant l’enseignement primaire et secondaire.

Des élèves font le train autour de la classe sous le regard de leur enseignante.
© UNICEF/Bangladesh/2018/KironDes élèves de la garderie BRAC jouent après la classe, dans le quartier de Nondipara-Ouest , à Rampura, district de Dhaka, au Bangladesh.

Ensuite, nous avons besoin que les gouvernements adoptent une approche universelle progressiste afin d’élargir les services, en veillant à mettre la priorité sur l’accès à l’éducation des enfants les plus marginalisés. En Colombie, le taux d’inscription dans l’enseignement préscolaire a doublé au cours des huit dernières années. Pour cela, le Gouvernement a utilisé un éventail de stratégies : il a mis en place des mesures législatives et financières, travaillé de concert avec les professionnels de l’éducation à l’échelle locale et échangé avec les communautés afin de comprendre les besoins des populations qui n’ont pas accès à une éducation de la petite enfance de qualité, en particulier les populations autochtones. Par ailleurs, nous savons que les enfants handicapés font partie des enfants d’âge préscolaire les plus difficiles à atteindre. Les gouvernements commencent à s’attaquer à ce problème, mais il reste encore beaucoup de progrès à accomplir non seulement dans le domaine de l’éducation, mais aussi au niveau des normes et des attitudes à l’égard des enfants handicapés.

Nous avons besoin d’investissements stratégiques et systématiques qui nous permettront d’améliorer la qualité de l’éducation de la petite enfance. L’Estonie défend depuis longtemps l’importance de l’éducation de la petite enfance, en particulier le fait de fournir des services de qualité à tous les enfants. Cependant, les salaires peu attractifs et la faiblesse des normes de certification des enseignants spécialisés dans l’éducation de la petite enfance constituaient un frein aux efforts déployés par le pays. Le Gouvernement estonien s’est donc attaché à harmoniser les salaires des enseignants de l’éducation préscolaire afin de les aligner sur le salaire des enseignants des autres cycles d’enseignement et d’attirer des candidats hautement qualifiés.

Enfin, les partenariats ont un rôle déterminant à jouer pour tenir notre promesse de fournir à chaque enfant une éducation préscolaire de qualité. Seuls, les gouvernements n’auront pas tous les moyens d’atteindre cet objectif ambitieux. Ils auront besoin de l’appui de partenaires internationaux, de donateurs, du secteur privé et de la société civile. Ils devront aussi tirer parti des ressources disponibles dans leur pays et renforcer les partenariats transnationaux afin de mettre en commun leurs meilleures pratiques et les enseignements tirés.

Un petit garçon joue avec des blocs de construction sur le sol tandis qu’une petite fille en robe rouge le regarde.
© UNICEF/Mongolia/2018/MatasNandin-Erdene (5) est contente d’aller à la garderie mobile pour jouer avec son ami Khulan. « J’aime aller à la garderie parce que je peux jouer avec mes amis et rentrer à la maison l’après-midi pour être avec ma famille », affirme-t-elle.

Concrétiser la vision d’une éducation préscolaire universelle

Les participants à la Réunion mondiale sur l’Éducation, formés de représentants de gouvernements, d’organisations multilatérales, de la société civile, de la profession enseignante, de la jeunesse et du secteur privé, ont adopté la . Ils s’engagent à ne « laisser personne de côté » en mettant en place des législations et des politiques favorables à des systèmes d’éducation et de formation plus équitables et inclusifs. Pour cela, « tous les enfants et les jeunes doivent avoir accès à l’éducation, au développement et à la protection de la petite enfance de qualité, en bénéficiant d’au moins une année d’éducation préscolaire […] gratuit[e] » et obligatoire.

 

Cette vision d’une éducation de la petite enfance universelle est fondamentale. Cependant, les mots et les déclarations ne veulent pas dire grand-chose s’ils ne sont pas accompagnés d’actions. En ce qui nous concerne, la marche à suivre est claire. Nous devons placer l’éducation préscolaire de qualité au centre de nos politiques et de nos projets éducatifs dans chaque pays. Nous devons – et nous pouvons – déployer davantage d’efforts pour qu’une telle éducation devienne une réalité pour chaque enfant. Nous ne pouvons pas passer à côté de cette période de la vie de

 

Andreas Schleicher est Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences à l’OCDE.

Jordan Naidoo est Directeur de la Division pour l’appui et la coordination de l’agenda Éducation 2030 à l’UNESCO.

Jo Bourne est Directrice associée pour l’Éducation à l’UNICEF.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »