U-Report Côte d’Ivoire fête son premier anniversaire : 5 leçons à retenir

En Côte d’Ivoire, plus de 50 % de la population est âgée de moins de 25 ans. Ces 14 millions de jeunes, activistes et acteurs du changement au sein de leur communauté, représentent la génération qui contribuera à un avenir meilleur, plus prometteur et plus favorable à l’égalité des sexes. En effet, dans l’ensemble du pays, bon nombre de ces filles et garçons se sont prononcés sur les problèmes, défis et préoccupations auxquels ils font face. Ils ont ainsi uni leurs forces pour lancer un mouvement et se servent pour s’exprimer de la plateforme de mobilisation innovante de l’UNICEF, U-Report.

U-Report Côte d’Ivoire a été lancée en janvier 2017 pour permettre aux jeunes de mieux faire entendre leur voix. Les utilisateurs de U-Report, appelés U-Reporters, peuvent recevoir, partager et donner leur avis sur des contenus comme des sondages et enquêtes sur des sujets qui leur tiennent à cœur. En un an, plus de 161 000 adolescents U-Reporters âgés de 15 à 24 ans, dont 36 % de filles, se sont penchés, à travers des SMS, Facebook et Twitter, sur des sujets comme l’hygiène menstruelle ou la lutte contre la violence sexiste hors ligne et en ligne.

Aujourd’hui, alors que nous célébrons le premier anniversaire de U-Report Côte d’Ivoire, nous revenons en 5 points sur les leçons apprises et sur ce qui fait de U-Report un outil de communication performant et efficace auprès des jeunes :

4 jeunes utilisent des ordinateurs et discutent
UNICEF_CIV/Emanuele BiraghiL’équipe U-Report de Côte d’Ivoire répond en ligne aux questions des U-Reporters.

1.Écouter les jeunes et les mettre aux COMMANDES

Il est primordial d’inclure les jeunes dans le processus de prise de décision sur des sujets qui les concernent. C’est pourquoi l’équipe responsable de U-Report est constituée essentiellement de jeunes influents qui témoignent de leurs expériences personnelles, soumettent des idées novatrices, s’appuient sur les réseaux sociaux pour susciter plus d’engagement et mettent leur expertise au service de la plateforme.

Parmi ces jeunes influents se trouvent également des jeunes filles ambitieuses et qui suscitent l’inspiration. Leur présence permet d’aborder sous un angle différent et novateur les problématiques liées à l’égalité des sexes et d’encourager d’autres filles à rejoindre la plateforme et à s’impliquer. Leur contribution influe de façon positive sur notre manière de communiquer et garantit que nous répondons de façon pertinente aux besoins et aspirations des adolescents et adolescentes.

2. Collaborer avec des personnalités INFLUENTES

Amie est l’une de nos premières ambassadrices U-Report, que l’on appelle porte-voix ou « mégaphone ». Très impliquée dans la défense des droits des filles, Amie est également fondatrice de Ayana Webzine, un blog qui traite de questions telles que l’hygiène menstruelle ou encore la lutte contre la violence sexiste. Elle utilise sa plateforme numérique pour mettre en lumière les histoires et les opinions des jeunes filles. Elle encourage par ailleurs ces dernières à joindre U-Report en mettant en avant les aspects confidentiel, gratuit et sûr de la plateforme, qui fournit aussi des informations utiles sur l’emploi, le sport, l’éducation, la santé, la politique et la culture.

Interrogée sur les raisons qui l’ont poussée à créer son blog, Amie répond : « Je veux partager mes expériences avec les filles et les femmes de ma génération. Je suis convaincue qu’une femme qui se sent bien dans sa peau est capable d’atteindre tous les objectifs qu’elle s’est fixés ». Amie et d’autres personnalités influentes forment un réseau qui œuvre pour la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des filles.

Deux adolescentes sont assises dans des fauteuils et discutent, un micro à la main.
UNICEF_CIV/Hilaire DjédjéL’équipe U-Report de Côte d’Ivoire accueille sa nouvelle porte-parole, Amie Kouamé. Cette dernière est très impliquée dans la défense des droits des filles.

3. Créer les bonnes conditions pour une conversation et un dialogue OUVERTS

« Où se trouve le centre de santé le plus proche pour des services et informations sur la planification familiale ? »

« J’ai des règles très douloureuses… Que puis-je faire pour les soulager ? »

« Qu’est-ce que l’UNICEF fait en Côte d’Ivoire, et en quoi puis-je être utile ? »

Ce ne sont que quelques-unes des questions posées par les U-Reporters en Côte d’Ivoire. La plateforme permet aux jeunes de recevoir des informations en temps réel et des réponses dans les 24 heures grâce à un chat en direct avec des experts, tels que les spécialistes des programmes de l’UNICEF.

Il arrive que plus de dix milles questions soient posées dans un intervalle de deux à trois heures sur des sujets tels que le VIH/Sida, le harcèlement sexuel, la menstruation et l’autonomisation économique. Mais il n’est pas seulement question de sondages et de données. Nous souhaitons créer une conversation entre les organismes des Nations Unies, les gouvernements, les ONG, le secteur privé et les U-Reporters afin de favoriser l’action.

4. Discuter des questions importantes pour les filles tout en impliquant les garçons

L’égalité des sexes est au cœur du mandat de U-Report en Côte d’Ivoire et l’un de nos objectifs consiste à réaliser la parité entre les sexes. Nous sommes conscients qu’atteindre les filles peut s’avérer difficile en raison des barrières culturelles, sociales, politiques et économiques. Afin de recruter davantage de filles U-Reporters, nous avons créé du contenu multimédia et organisé des événements qui s’adressent directement aux adolescentes et promeuvent U-Report en tant que plateforme inclusive et accessible.

Même si elles ne représentent que 36 % des U-Reporters, les filles ont tendance à être plus impliquées lorsqu’il s’agit de sondages, notamment sur des sujets qui les touchent tels que la lutte contre le mariage précoce et la santé sexuelle et reproductive.  La plateforme vise également à encourager les garçons à s’intéresser à ces problématiques, comme c’est le cas de Cheik Diallo, un U-Reporter : « Je suis fier d’être U-Reporter parce que je dispose enfin d’une plateforme où je peux participer de manière concrète aux problèmes qui, à mon avis, revêtent une grande importance pour la communauté. À travers U-Report, je souhaite promouvoir le leadership des femmes ainsi que leur participation à la vie publique et à la gouvernance locale, afin qu’elles soient en mesure de défendre l’éducation des filles et les intérêts des femmes. »

Un groupe de jeunes filles prend la pause et sourit face caméra.
UNICEF_CIV/Hilaire DjédjéDes jeunes filles prennent la pause lors d’une conférence organisée à l’occasion de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre 2017. La conférence s’est tenue au sein du lycée pour filles « Mamie Fêtai » de Bingerville, à Abidjan.

5. Créer un réseau physique de jeunes et d’acteurs du changement reconnus

Même s’il est important de disposer d’une plateforme virtuelle où les jeunes peuvent exprimer leurs opinions et inquiétudes – où qu’ils se trouvent dans le pays – il est également important que ce réseau prenne vie hors ligne.

Périodiquement, les U-Reporters se rencontrent pour faire connaissance. Ils prennent part à des événements et des rencontres dans toute la Côte d’Ivoire afin d’échanger sur des sujets de sondage et de préparer les réponses « standard » pour le chat en direct. Ils sont également porte-parole et représentants des jeunes lors des réunions de haut niveau et dans les instances internationales.

L’année dernière, les U-Reporters ont contribué à l’élaboration du Modèle d’investissement de l’UNICEF pour les adolescents grâce à leur participation à des panels de discussion. Ils ont pris la parole à l’occasion de la conférence « L’Afrique que nous voulons » en Côte d’Ivoire, de « Génération 2030 » en Afrique du Sud et du TedEx « Dialogue de l’Afrique » au Ghana.

Le mois dernier, à l’occasion de la Conférence internationale sur le VIH et les IST (ICASA), une jeune U-Reporter a fait part du point de vue de jeunes adolescentes et des défis auxquels elles font face.

U-Report est un outil évolutif aux multiples potentialités. En Côte d’Ivoire, les jeunes ont pris l’initiative d’en faire plus qu’une plateforme technologique. U-Report est devenu une communauté de jeunes qui s’engagent et qui font entendre leur voix sur les questions qui leur tiennent à cœur.

 U-Report Côte d’Ivoire continuera de renforcer la parité chez les U-Reporters et d’encourager un mouvement de jeunes qui veut défendre les droits et l’autonomisation de chaque fille et de chaque garçon.

Sophie Chavanel est Chef de la Communication de l’UNICEF Côte d’Ivoire.
Norman Muhwezi est Spécialiste innovation de l’UNICEF Côte d’Ivoire.

Mots-clés :

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »

Commentaires :

  1. tres bonnne appreciation sur la methodologie de communication efficace de U-REPPORT. Commment pourrait -on l’experimenter da les quartiers defavorises d’Haiti?