Pourquoi le changement climatique est important pour les enfants

Des amis me demandent parfois pourquoi l’UNICEF – dont la mission est de défendre les droits de l’enfant – est impliqué dans le débat sur le changement climatique. La réponse est simple : l’avenir même des enfants d’aujourd’hui et celui de leurs enfants est en jeu.

Les décisions que nous prenons maintenant joueront un rôle énorme pour déterminer à quoi ressemblera l’avenir pour des enfants comme mes propres filles, qui ont maintenant 11 et 13 ans. La 21e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques baptisée COP21, offre l’occasion de mettre les choses sur la bonne voie.

La science l’a dit clairement : nous devons profondément réduire les émissions de gaz à effet de serre pour pouvoir limiter les augmentations des températures sur la planète. Si l’on ne réussit pas à prendre des mesures décisives, nous compromettrons gravement l’avenir de nos enfants et de la planète dont ils hériteront.

Nous savons que les changements climatiques mènent à une montée du niveau des mers qui menace des États insulaires et des zones littorales entières. Nous savons aussi qu’ils provoquent de plus en plus fréquemment des inondations, des sécheresses, des vagues de chaleur et d’autres phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus dangereux. Et nous savons que les enfants en subiront les conséquences de manière disproportionnée.

Les enfants sont les plus éprouvés par ces graves maladies répandues à travers le monde comme le paludisme, la fièvre dengue, la diarrhée, des maladies qui sont exacerbées par ces phénomènes météorologiques extrêmes. Quand leurs familles perdent leurs moyens d’existence dans une catastrophe naturelle, les enfants risquent d’être victimes de la sous-nutrition, qui entraîner un retard du développement mental et une mort prématurée. Et ils sont aussi les plus vulnérables à l’exploitation et aux mauvais traitements quand ces phénomènes météo catastrophiques obligent des communautés entières à fuir leurs foyers.

Les changements climatiques auront des conséquences pour tout le monde – mais certaines communautés sont plus exposées que d’autres, du delta du Mékong aux Antilles, des îles du Pacifique au cap de Bonne-Espérance à la pointe de l’Afrique. Nous ne pouvons pas laisser les changements climatiques dégénérer en un engrenage incontrôlable.

Le rapport de l’UNICEF « Il est temps d’agir » montre qu’environ un sur quatre des 2,3 milliards d’enfants dans le monde vit dans des régions où les inondations sont extrêmement fréquentes, près de 160 millions dans des zones où les sécheresses sont particulièrement prolongées, et plus de 115 millions d’enfants vivent dans des endroits où les risques de cyclones tropicaux – connus aussi sous les noms de typhons et d’ouragans selon les régions –se classent d’élevés à extrêmement élevés.

Comme c’est souvent le cas, ce sont les populations les plus pauvres du monde qui font face à certains des risques les plus graves. Sur les 530 millions d’enfants qui vivent dans des zones extrêmement exposées aux inondations, 300 millions habitent des pays où la moitié ou plus de la population vit dans la pauvreté – avec 3,10 dollars des É.-U. par jour. Et il y a très peu de doutes que des phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes et fréquents entraveraient encore plus considérablement les efforts faits pour mettre fin à la pauvreté.

Les changements climatiques ne sont pas un concept abstrait. Ils sont en marche en ce moment même. Certaines des conséquences des émissions déjà relâchées dans l’atmosphère sont irréversibles. Mais il nous incombe, pour nos enfants, d’empêcher que le réchauffement de la planète atteigne des niveaux catastrophiques.

Il est clair que les enfants ont le droit d’hériter d’un monde qui soit vivable, un monde où ils pourront un jour avoir l’espoir d’élever leurs propres enfants. C’est certainement ce que je souhaite en ce qui concerne mes deux filles.

Alex Heikens, qui participe en ce moment à COP21 à Paris, est Conseiller principal pour le climat et l’environnement à l’UNICEF

 

 

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »