Mettre à profit les précieuses heures avant qu’Irma ne frappe

Le calme règne à l’extérieur. Pendant que les nuages s’accumulent, une étrange tranquillité habite les rues. Il y a peu de trafic car les écoles ont été fermées par mesure de précaution. Les entreprises étaient ouvertes ce matin mais, vers midi, tout a fermé. Tout le monde attend.

Dans cette atmosphère d’attente, l’équipe de l’UNICEF travaille à plein régime : au bureau central de Port-au-Prince où un minimum de personnel est présent aujourd’hui afin de réduire les risques d’exposition, et dans le Nord, où les spécialistes de programme aident le gouvernement à planifier les choses sur le terrain. Tout le monde contribue à l’effort collectif afin de se préparer au mieux et faire en sorte que l’aide aux enfants puisse commencer immédiatement après le passage d’Irma.

une jeune fille
UNICEF Haiti Les enfants sont les plus vulnérables lors d’un ouragan, en particulier ceux vivant dans des logements précaires.

Irma se dirige vers l’Ouest à une vitesse de 24 km/h, avec des pluies torrentielles, des ondes de tempête et des vents menaçants sur son chemin. Les histoires de destruction ont commencé à circuler dans les îles qu’elle a balayées. À Barbuda, 90 % des bâtiments sont signalés comme détruits ou gravement endommagés ; les systèmes de télécommunication de l’île sont en panne et l’alimentation est coupée. Couvrant un espace de la taille de la France, Irma continue de se diriger dans notre direction, se rapprochant de plus en plus.

Quatre millions de personnes vivent dans les quatre départements les plus à risque sur la trajectoire actuelle, dont environ 40 % sont des enfants de moins de 18 ans. Déjà vulnérables dans des contextes normaux, les enfants et les femmes le sont toujours plus en cas de catastrophe. Ils seront notre priorité lorsqu’Irma atteindra Haïti, et l’efficacité de notre réponse sera la clé pour atteindre un maximum d’enfants, rapidement. Toutes les actions sont exécutées sous la direction du gouvernement, et l’UNICEF soutient activement les mécanismes de coordination qui ont été activés au niveau central et départemental. Notre ambition partagée est d’assurer la concertation et la collaboration des acteurs, en maximisant l’impact des ressources de chacun.

Les stocks d’approvisionnements critiques ont été prépositionnés de concert avec les partenaires de la société civile dans le Nord et le Nord-Est, le Nord-Ouest et l’Artibonite, et des stocks supplémentaires sont prêts à être expédiés dans le Sud et dans l’Ouest, susceptibles d’être moins touchés. L’eau potable sera une priorité dans les premières heures après la catastrophe. Sur la base de l’expérience passée, les stocks contiennent des tablettes Aquatabs et du chlore pour la purification de l’eau, ainsi que des kits d’hygiène pour assurer un niveau minimum d’eau potable et d’assainissement – aspects cruciaux pour prévenir l’apparition de maladies. En outre, des couvertures en plastique et des draps sont inclus pour les familles qui, ayant perdu leur maison et leurs possessions, seront exposées aux éléments. Il y a également des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi pour le traitement des enfants souffrant de malnutrition ainsi que des trousses « L’école en boîte » pour faciliter la réouverture des écoles dès que possible. Les autres priorités incluront la protection des enfants et des adolescents les plus vulnérables et un soutien psychosocial aux enfants et aux adolescents les plus touchés.

Comme constaté pendant Matthew, l’année dernière, ce retour à l’école peut s’avérer être un défi majeur car les familles qui ont perdu leur maison chercheront refuge dans les écoles (qui sont souvent les seuls bâtiments solides dans leur région) et n’ont nulle part où aller après le passage de la tempête. L’identification d’un autre type d’hébergement, le plus rapidement possible, est l’une des tâches sur lesquelles l’UNICEF, le gouvernement et les différents partenaires de l’éducation ont commencé à travailler dans la phase de préparation à Irma.

Alors que j’écris ces lignes, je vais quitter le bureau, la pluie se déverse comme une douche. Restez secs et connectés, s’il-vous-plaît.

 

Cornelia Walther est chef de la communication, UNICEF Haïti

 

 

 

 

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »