Lettre ouverte à la génération qui grandira avec les Objectifs de développement durable

Lettre ouverte à une petite fille née dans la pauvreté en septembre 2015 –

Je t’écris cette lettre parce que ce mois-ci, ce mois qui t’a vue naître, les dirigeants de la quasi-totalité des pays du monde se réuniront pour décider de ton avenir.

Les Objectifs de développement durable, ces 17 objectifs mondiaux qu’ils s’engagent à atteindre au cours des 15 prochaines années, portent sur une multitude de domaines allant de la protection de la planète à l’édification d’un monde plus pacifique, en passant par la garantie donnée à tous de pouvoir vivre en sécurité et dans la dignité.

Même si tu ne peux pas encore le savoir, tous ces objectifs te concernent directement, toi et le monde dans lequel tu vas grandir, mais aussi le monde que tu laisseras plus tard à tes enfants.

Si tous ces objectifs sont liés, le premier d’entre eux, qui est d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes partout dans le monde, est particulièrement important. Il te concerne toi, ta famille et les personnes qui t’entourent.

L’enjeu est de savoir si toi et les plus de 500 millions d’enfants vivant dans l’extrême pauvreté aurez les moyens de vivre pleinement votre existence en faisant partie intégrante de votre communauté et de la société, et si les écarts entre tes perspectives d’avenir et celles des enfants mieux lotis que toi sont en voie de diminution.

Car tu as droit à tout cela, et tous les enfants ont le même droit à un bon départ dans la vie.

En adoptant ces objectifs internationaux, les dirigeants du monde entier s’engagent à tout mettre en œuvre pour te donner la même chance que les autres, mais lorsqu’ils se réuniront ce mois-ci, ils feront bien davantage qu’adopter ces 17 objectifs. Ils s’engageront conjointement à mettre en œuvre des mesures difficiles et parfois politiquement délicates pour que ces objectifs profitent à tous les enfants, qu’ils soient riches ou pauvres.

J’espère qu’un jour, quand tu auras l’âge de juger du succès ou de l’échec de ces efforts, tu demanderas des comptes, à tes dirigeants et à chacun d’entre nous. Car si nous ne tenons pas nos engagements envers toi, c’est nous-mêmes que nous trahirons.

 

Lettre ouverte à un petit garçon qui n’est pas né dans la pauvreté en septembre 2015

Je viens de terminer une lettre pour un autre enfant. Cette petite fille a vu le jour comme toi en septembre 2015, mais contrairement à toi, elle est née dans l’extrême pauvreté. À l’heure où je t’écris, les dirigeants du monde s’apprêtent à adopter un ensemble d’objectifs internationaux. Le premier d’entre eux vise à mettre fin à la pauvreté, pour cette petite fille et pour les plus d’un milliard de personnes actuellement en situation d’extrême précarité à travers le monde.

Les objectifs internationaux que les dirigeants mondiaux vont entériner ce mois-ci ne concernent cependant pas uniquement les enfants qui vivent dans la pauvreté, de même que les résultats attendus ne bénéficieront pas seulement aux personnes dans le besoin. Il s’agit d’objectifs universels, fondés sur des droits universels, des valeurs communes et des enjeux mondiaux importants qui nous touchent tous.

Un jour, quand tu auras l’âge d’aller à l’école et de t’informer sur le monde qui t’entoure, j’espère que tu ne considéreras pas que les progrès accomplis vers la réalisation de ces objectifs ne te concernent pas. Si les centaines de millions d’enfants en proie à l’extrême pauvreté à travers le monde n’échappent pas à leur sort, l’économie de ton pays ne sera pas aussi forte qu’elle aurait pu l’être. S’ils n’ont pas eux aussi la possibilité de prendre un bon départ dans la vie, ta société ne sera pas aussi stable et ni aussi prospère, et ton existence ainsi que celle de tes enfants ne seront ni aussi sereines ni aussi pleines de satisfactions qu’elles auraient pu l’être.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les dirigeants du monde vont adopter ces objectifs internationaux. Il est de notre devoir à tous, y compris du tien, de les en tenir responsables. Mais en écrivant cette lettre, je te demande aussi d’assumer tes responsabilités et de ne pas accepter un monde qui ne donnerait pas à chaque enfant les mêmes chances dans la vie.

 

Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF – Série de tribunes publiées dans le Huffington Post sur les Objectifs de développement durable (original en anglais)

 

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »