L’éducation ne peut pas attendre, même dans les situations d’urgence

Les bons réflexes d’Abdul Kamara, le Directeur de l’école primaire de Kroo Bay, ont sauvé les enfants de l’établissement d’une catastrophe. Quelques moments avant l’irruption du déluge, les 150 élèves et les huit enseignants de l’école étaient dans leurs classes, travaillant à leurs leçons du jour.

« J’étais dans l’école et je pouvais voir la pluie tomber en trombes, raconte Abdul. Je suis sorti pour voir comment les eaux montaient. Quand j’ai vu à quel point l’eau se rapprochait de l’école, j’ai dit aux enseignants de faire sortir les enfants. Quelques minutes plus tard, j’ai vu l’eau envahir l’école. »

En quelques heures l’eau est montée jusqu’à 15 centimètres du niveau du toit du bâtiment.

L’école primaire de Kroo Bay est située dans un des bidonvilles de bord de mer de Freetown, la capitale de Sierra Leone, et elle est exposée à des inondations régulières pendant la saison des pluies. Mais les averses torrentielles du 16 septembre 2015 étaient sans précédent.

« Ce genre d’inondation ne s’est jamais produit auparavant, explique Abdul. Normalement les eaux montent jusqu’ici, mais elles ne provoquent pas des destructions comme cela. Le flot a même brisé le garde-fou du pont que nous empruntons pour venir ici. »

Emile Martyn, chauffeur de l’UNICEF, et Lang Ma, spécialiste de l’éducation de l’UNICEF, se frayent  un chemin au milieu de la dévastation provoquée par les inondations à Kroo Bay
© UNICEF Sierra Leone/2015/Indrias G KassayeEmile Martyn, chauffeur de l’UNICEF, et Lang Ma, spécialiste de l’éducation de l’UNICEF, se frayent un chemin au milieu de la dévastation provoquée par les inondations à Kroo Bay.

Le Gouvernement de la Sierra Leone a répondu à la situation d’urgence créée par ces inondations en ouvrant le Stade national Siaka Stevens et le stade d’Atouga pour en faire des refuges temporaires pour les habitants de Freetown qui avaient perdu leurs habitations. L’UNICEF s’est joint à l’effort humanitaire en fournissant des moyens d’urgence pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène (EAH/SWA), ainsi que par des interventions pour des abris temporaires, la santé, la nutrition et la protection des enfants. L’UNICEF aide aussi le gouvernement à répondre aux besoins des enfants victimes des inondations à travers le pays dans le domaine de l’éducation, y compris les enfants de la communauté de Kroo Bay.

« Nous sommes allés à Kroo Bay qui est probablement la communauté locale de Freetown la plus touchée, et nous avons constaté que l’école locale avait été presque entièrement détruite, raconte Lang Ma, la spécialiste de l’éducation de l’UNICEF. Nous avons vu de la boue et des débris partout – sur le sol, sur le terrain de l’école, dans les salles de classe. C’est navrant pour des adultes comme nous, et c’est encore plus désolant pour les élèves qui ne peuvent pas retourner en classe après cela. »

Les Équipes éducation de l’UNICEF s’efforcent d’aider la communauté à reprendre une vie normale.

« Nous allons offrir des moyens éducatifs et un soutien psychosocial pour répondre à leurs besoins d’apprendre et aussi à leurs besoins socio-émotionnels, ainsi quand les écoles seront reconstruites ou restaurées, ils seront prêts à y retourner, prêts à reprendre leurs études, » explique Lang Ma.

De jeunes enfants s’amusent grâce aux jeux contenus dans les trousses pour le Développement de la petite enfance (ECD) dans l’Espace ami des enfants de Freetown. Plus de 500 enfants sont inscrits sur ce site.
© UNICEF Sierra Leone/2015/Indrias G KassayeDe jeunes enfants s’amusent grâce aux jeux contenus dans les trousses pour le Développement de la petite enfance (ECD) dans l’Espace ami des enfants de Freetown. Plus de 500 enfants sont inscrits sur ce site.

Les inondations de Freetown se sont produites à un moment particulièrement crucial pour les élèves de sixième année qui se préparaient à passer leur examen scolaire national du cycle primaire (NPSE). À titre de mesure temporaire, Abdul s’est arrangé pour que les élèves concernés qui étaient restés dans la communauté avec leurs familles puissent étudier pour leur examen au Centre communautaire de Kroo Bay qui n’a pas été aussi gravement touché par les inondations. Quant aux enfants de Kroo Bay qui avaient trouvé refuge dans les stades, on s’est organisé pour donner à ceux qui étaient en sixième année un enseignement dans les Espaces amis des enfants qui avaient été mis en place par des ONG avec le soutien de l’UNICEF.

Le jour de l’examen national, l’UNICEF, en partenariat avec le Ministère de l’Éducation, des Sciences et de la Technologie et diverses ONG, a veillé à ce que les élèves de sixième année réfugiés dans les deux stades puissent se rendre dans les centres d’examen et y passer normalement les épreuves.

Dans le cadre de l’intervention d’urgence organisée en réponse aux inondations, on s’est également occupé des besoins éducatifs des élèves des classes de niveau inférieur. Plus de 500 enfants ont été inscrits à l’Espace ami des enfants installé dans le stade national par l’ONG Save the Children avec l’aide de l’UNICEF. Ils y reçoivent des leçons, une assistance psychosociale et des repas. L’UNICEF a aussi fourni à cet espace des trousses pour le Développement de la petite enfance conçues pour les enfants d’âge pré-scolaire.

Saidu Mansaray, un écolier de première année âgé de huit ans, est occupé à dessiner avec les crayons de couleur des trousses pour le Développement la petite enfance. « J’étais à l’école quand l’eau est arrivée et ma mère est venue et m’a ramené à la maison, mais l’eau a abîmé notre maison, raconte Saidu. Je suis ici dans le stade avec ma mère, mon père, mon frère et ma sœur. Je dessine une maison parce que j’ai besoin d’un endroit pour dormir. Quand je serai grand, je veux être charpentier parce que je veux construire ma maison. Je m’amuse bien ici. »

Lang Ma, spécialiste de l’éducation de l’UNICEF pour le Développement de la petite enfance en visite à l’Espace ami des enfants.
© UNICEF Sierra Leone/2015/Indrias G KassayeLang Ma, spécialiste de l’éducation de l’UNICEF pour le Développement de la petite enfance en visite à l’Espace ami des enfants

« Il faut permettre aux enfants d’être des enfants, même dans des situations d’urgence, » explique Lang Ma, spécialiste de l’éducation de l’UNICEF pour le Développement de la petite enfance. « La trousse ECD est essentiellement une grande boîte métallique qui contient du matériel pour enseigner et apprendre ainsi que des jouets pour cinquante enfants âgés de zéro à six ans. Dans les situations d’urgence, les possibilités pour les enfants de recevoir une éducation normale disparaissent – ils ne peuvent plus aller à l’école ni au jardin d’enfants et ils sont dans un abri temporaire – et souvent même ils n’ont plus de toit. Cette boîte est comme un jardin d’enfants ou une école maternelle ambulante que nous pouvons installer dans une situation d’urgence. Quand les enfants jouent avec cette trousse, ils s’engagent dans des activités amusantes et éducatives et ils se sentent dans une situation normale. Ils se sentent en sécurité. Ils ont le sentiment qu’ils peuvent continuer à vivre normalement. »

Bien que ces mesures temporaires visent à satisfaire les besoins éducatifs des enfants victimes des inondations, des évaluations sont en cours pour permettre de mettre en place des solutions à long terme.

« La seule chose que j’aie à faire à présent est de demander que l’école soit démolie et une nouvelle construite, dit Abdul. Notre école n’offre plus aucune sécurité, non seulement pour les enfants, mais également pour les enseignants. En attendant, je vais demander à la communauté de me donner le Centre communautaire pour y faire fonctionner l’école. »

Indrias G. Kassaye est un spécialiste en communications qui travaille pour l’UNICEF Sierra Leone

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »

Commentaires :

  1. Par excellence l’école est le lieu qui distrait le plus les enfants et leur priver de cette distraction c’est aggraver leurs angoisses surtout lorsque leurs espaces vitaux ont été réduits ou tout simplement éliminés. Merci de soutenir ces enfants.