L’eau en première ligne près de Mossoul

La ville d’Al Houd, au sud de Mossoul, a été reprise par les forces de sécurité iraquiennes la semaine dernière. Deux jours plus tard, l’UNICEF a envoyé une mission pour apporter de l’eau potable et des trousses d’hygiène aux 1 500 familles de la ville. Sharon Behn Nogueira, Chef de la communication de l’UNICEF en Iraq, y était.

Le ciel était rempli de nuages noirs menaçants venant des gisements de pétrole auxquels l’EIIL avait mis le feu quelques semaines auparavant.

Nous avons conduit d’Al Qayyarah à Al Houd. Le paysage était apocalyptique, on se serait cru dans Mad Max. Nous avons traversé de longs tronçons de route où absolument rien ne poussait, pas même un arbre.

Al Houd n’est qu’à 11 kilomètres d’Al Qayyarah, mais le voyage est long. Nous avons dû conduire en dehors des routes parce qu’elles étaient minées. Nous avons longé les voies ferrées, mais le fait de rouler sur ces terres désertiques a soulevé une poussière fine et aveuglante qui a fini par tout masquer, même la voiture qui nous précédait.

La poussière était si fine qu’on la sentait malgré les fenêtres closes de notre véhicule blindé.

Nous avons traversé les voies ferrées pour entrer dans Al Houd. La ville était d’un calme lugubre ; c’était le silence absolu. Elle était complètement déserte. Pas un enfant, pas même un chat ni un chien. Les seuls signes de vie étaient des drapeaux blancs qui pendaient des balcons.

Les propriétés et les maisons étaient assez peu endommagées. Les combats semblaient avoir été différents ici, avec peu ou pas d’artillerie. Nous n’avons vu qu’un seul immeuble détruit.

Plus nous pénétrions dans la ville, plus l’atmosphère était inquiétante. Nous n’avions toujours rencontré personne ; il était difficile de savoir si les gens se cachaient ou avaient fui. Peut-être les deux.

Nous sommes finalement arrivés dans la zone commerciale de la ville et avons commencé à voir des gens. Nous avons vu un magasin ouvert, des filles et des garçons et des femmes d’un certain âge dans la rue, mais pas de jeunes femmes. Les enfants avaient l’air en état de choc ; certains nous ont fait le signe de la victoire.

L’UNICEF et son partenaire local  Women Empowerment Organisation (WEO) étaient les seuls humanitaires sur place. Lorsque nous sommes arrivés au point de distribution d’eau, WEO nous a dit que la ville n’avait pas reçu de produits d’hygiène depuis plusieurs semaines et que les gens souffraient de maladies liées à la pollution de l’eau.

Des gens déchargent des bouteilles d’eau et des cartons d’un camion
© UNICEF Iraq/2016/BehnLes partenaires de l’UNICEF déchargent des bouteilles d’eau et des trousses d’hygiène à Al Houd, en Iraq.

Nous avons déchargé 3 000 packs d’eau potable, 1 500 trousses d’hygiène et 1 500 seaux dans l’enceinte d’une résidence et certains habitants ont commencé à se rassembler devant la grille. On nous a dit que ces produits seraient transportés vers un point de distribution secondaire.

Nous sommes repartis vers le sud en passant par Al Qayyarah, une ville qui ressemblait beaucoup à Al Houd il y a deux mois quand elle a été reprise par les forces de sécurité iraquiennes.

Al Qayyarah, qui ressemblait à une ville fantôme, est revenue à la vie : des magasins ont ouvert et les familles reçoivent de l’aide.

J’ai parlé à Zainab, une mère célibataire qui a marché d’Al Houd à Al Qayyarah avec ses quatre petites filles. Elle a expliqué que l’État islamique avait saisi sa maison et a décrit la terreur qu’elle a ressentie pour sa famille au cours des deux dernières années.

« Nous avions toujours peur, faim et besoin d’aide », m’a-t-elle raconté. « Je veux rentrer chez moi, retrouver ma famille et envoyer mes enfants à l’école », a-t-elle ajouté.

Les gens sont résistants. Ils ne veulent pas être déplacés, ils veulent retrouver leur maison et reprendre le cours de leur vie. Mais il existe encore beaucoup de craintes et d’incertitudes quant à l’avenir. Après avoir visité Al Houd, j’ai l’impression que tout cela est encore loin d’être fini.

Sharon Behn Nogueira est Chef de la communication de l’UNICEF en Iraq.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »