Haïti, un an après le passage de l’ouragan Matthew

Port-au-Prince, le 4 octobre 2017. Un an après le passage de l’ouragan Matthew qui a ravagé les départements du Sud et de Grand’Anse en Haïti, les personnes touchées pansent encore leurs blessures. Mais la vie reprend doucement son cours. Les potagers/arbres ? recommencent à donner des fruits, des maisons ont été reconstruites. Même si les stigmates de la catastrophe sont encore là, les Haïtiens veulent aller de l’avant.

Le courage des familles et communautés haïtiennes qui ont su se relever de tant de catastrophes est admirable et l’UNICEF est fier de pouvoir compter parmi les organisations qui offrent un accompagnement continu aux familles vulnérables, notamment aux enfants.

Comme par le passé, l’UNICEF a été parmi les premiers à réagir face aux dégâts de l’ouragan Matthew. Grâce aux procédures administratives simplifiées, les équipes ont pu rapidement rejoindre celles déjà positionnées dans le Sud. Devant l’urgence, aucune perte de temps n’est possible. Les gens avaient besoin de tout, il fallait trouver des moyens de protéger les enfants dans les abris provisoires, distribuer de l’eau potable, fournir des soins de nutrition, contrôler la propagation du choléra par l’identification et le traitement des cas présumés, et répondre à tant d’autres besoins, rapidement.

L’UNICEF s’est tenu aux côtés du Gouvernement haïtien et de ses partenaires afin de délivrer cette aide humanitaire le plus vite possible. Le bilan de Matthew a été catastrophique. Le cyclone a causé des pertes en vies humaines, la destruction de maisons et la dévastation des zones agricoles. Les gens ont su faire face, dans la dignité. Il revient aux partenaires humanitaires et au gouvernement de leur assurer un soutien continu.

Nous en profitons pour saluer l’abnégation et le courage de nos collègues de l’UNICEF qui, durant cette période d’urgence, ont été sur tous les fronts dans le but d’aider l’organisation à remplir son mandat : assurer le bien-être des enfants. Nous remercions aussi tous les bailleurs de fonds, tant institutionnels qu’individuels qui ont permis aux familles et aux communautés les plus vulnérables de bénéficier directement de nos actions.

Se relever d’une catastrophe n’est pas chose facile d’autant que les conditions sur place étaient déjà précaires. Cependant, il faut continuer à soutenir la population et à la sensibiliser aux risques de catastrophes.

Les catastrophes naturelles ont toujours existé et continueront d’exister – Irma et Maria sont encore dans les esprits. Haïti, qui se trouve sur la route des cyclones tout comme d’autres pays de l’Atlantique, n’a d’autre choix que de s’adapter. Si nous voulons éviter de nouveaux épisodes douloureux causés par les aléas climatiques, nous devons nous préparer.

Le dialogue initié par l’UNICEF à travers les consultations des jeunes de la Grand’Anse et du Sud a eu pour objectif de les sensibiliser sur la question de la gestion des risques et des catastrophes. Beaucoup ont avoué ne pas savoir quoi faire en cas de cyclone. Avec l’aide de l’UNICEF, ils sont maintenant préparés et peuvent transmettre leurs connaissances à leurs communautés. Le projet U-Report poursuit un objectif comparable, celui de communiquer avec les adolescents du pays en recueillant leurs impressions et leur fournissant des informations à une plus large échelle.

La carte interactive, que nous lançons aujourd’hui et qui fait partie de l’initiative Together in Haiti (Ensemble en Haïti) nous montre comment se met en place/déroule l’appui sur le terrain à travers des photos et histoires poignantes. Le projet donne un visage à des statistiques.

Nous ne devons pas minimiser les conséquences de la catastrophe sur les êtres humains, ni le rôle de ceux-ci dans le relèvement. Nous ne pouvons pas nous permettre d’oublier.

Aller dans les endroits les plus reculés, atteindre les communautés les plus vulnérables et soutenir le gouvernement dans la mise en place de services de base accessibles, tel est notre objectif. Avant, pendant et après Matthew – notre objectif est de permettre aux enfants de réaliser leur plein potentiel, sans aucune distinction, comme le veut notre devise : « pour chaque enfant… ».

Marc Vincent est le Représentant de l’UNICEF en Haïti

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »