Une même chance pour les filles – la fin des mariages d’enfants

Les mariages d’enfants illustrent le fardeau extrêmement lourd supporté par les filles les plus pauvres au niveau mondial, et plus particulièrement par celles qui vivent dans les communautés marginalisées des régions rurales d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud, où la pratique est la plus courante.

Ces filles que l’on marie sans leur consentement voient leur enfance volée. J’ai été témoin du mal que cela leur cause.

Lorsque j’étais enfant, à Cotonou (au Bénin), plusieurs de mes camarades d’école primaire ont été mariées très jeunes. Je n’ai jamais revu certaines d’entre elles, leur nouvelle vie familiale les obligeant à partir loin. D’autres, que j’ai revues plus tard, avaient changé. Leur joie et leur enthousiasme s’étaient envolés. Obligées de devenir trop rapidement adultes, elles avaient perdu leur insouciance. J’ai remarqué qu’elles éprouvaient un sentiment de honte, une prise de conscience aiguë de leur différence par rapport à nous.

Bien que des progrès aient été réalisés, la diminution des mariages d’enfants est cependant inégale. Les filles des ménages les plus pauvres – ou vivant en zone rurale – ont deux fois plus de risques d’être mariées avant l’âge de 18 ans que les filles des ménages les plus riches ou celles vivant en zone urbaine.

En l’absence de progrès, près de 950 millions de femmes auront connu le même sort d’ici 2030, contre plus de 700 millions aujourd’hui. Et d’ici 2050, près de la moitié de ces « épouses-enfants » seront africaines.

Le coût à payer est trop élevé – pour les filles dont les droits sont bafoués et pour la société qui a besoin que ces filles deviennent des adultes productives et autonomes.

Les filles mariées sont les personnes les plus vulnérables au monde. Lorsque leur éducation est stoppée net, elles n’ont plus la possibilité d’acquérir les compétences et connaissances nécessaires pour obtenir un bon emploi et subvenir à leurs besoins ainsi qu’à ceux de leur famille. Elles sont isolées socialement. Comme je l’ai observé chez mes anciennes camarades de classe qui ont été forcées de se marier, la conscience même de leur isolement leur est pénible.

Soumises à leurs maris et belles-familles, les filles mariées sont plus exposées à la violence domestique et ne sont pas en mesure de prendre des décisions au sujet de la sexualité protégée et de la planification familiale. Elles sont ainsi exposées à des risques élevés d’infections sexuellement transmissibles, dont le VIH, ou à la grossesse et à la maternité avant que leur corps n’ait atteint sa pleine maturité. Et les grossesses à risque sont encore plus dangereuses, car les filles mariées très jeunes sont moins susceptibles de bénéficier des soins médicaux appropriés. Lors de l’accouchement, ces mères encore enfants présentent un risque accru de complications potentiellement invalidantes comme la fistule obstétricale, voire de décès, pour elles-mêmes ou leurs bébés.

En privant les filles de perspectives d’avenir, cette pratique prive les familles, les communautés et les nations de toutes les contributions qu’elles pourraient apporter en tant que femmes autonomes. Le mariage des enfants entrave les actions nationales liées à la santé maternelle et de l’enfant et à la lutte contre la malnutrition et la déscolarisation. Lorsque les filles sont mariées trop jeunes, elles n’ont pas d’autres possibilités que de transmettre pauvreté, faible niveau d’instruction et problèmes de santé – dont elles sont elles-mêmes victimes – à la génération suivante.

Le problème du mariage des enfants peut paraître insoluble. Ce phénomène existe parce que les sociétés accordent souvent une moindre valeur aux filles, ce qui fait qu’elles ne bénéficient pas des mêmes chances que leurs frères, et parce que la pauvreté ou d’autres conditions défavorables, comme le faible niveau d’instruction, limitent encore davantage leurs possibilités, le mariage apparaissant ainsi comme la meilleure solution pour assurer leur avenir.

Mais il existe des stratégies éprouvées pour améliorer les perspectives des filles, préserver leur enfance et leur donner la possibilité d’un avenir meilleur pour elles-mêmes et pour la société dans laquelle elles vivent. Ceci implique d’améliorer l’accès des filles à l’éducation, de les rendre plus autonomes grâce à l’acquisition de connaissances et de compétences, d’éduquer les parents et les communautés, d’accroître les incitations économiques et de soutenir les familles, et de renforcer et faire appliquer les lois et les politiques qui fixent l’âge minimum du mariage à 18 ans pour les filles et les garçons.

L’éducation joue un rôle fondamental. Les filles qui sont peu ou pas éduquées ont jusqu’à six fois plus de risques d’être mariées avant l’âge adulte que celles qui ont reçu un enseignement secondaire. Lorsqu’une fille va à l’école, son entourage a plus tendance à la considérer comme une enfant que comme une femme prête à devenir épouse et mère. Et le fait d’aller à l’école rend les filles plus autonomes, leur permettant de développer des compétences et des connaissances ainsi qu’un réseau social qui les aide à communiquer et à défendre leurs intérêts. Les filles instruites sont plus à même de contribuer à la croissance et au développement de leur pays ainsi qu’à la prospérité et au bien-être de leur future famille.

Quinze millions de filles sont mariées chaque année alors qu’elles ne sont encore que des enfants. Ce nombre démesuré souligne l’importance d’investir dans des solutions pouvant avoir des retombées à grande échelle, pour mettre fin plus rapidement à cette pratique. Des investissements ciblés permettant de rendre plus autonomes les filles pauvres et marginalisées, grâce notamment à une meilleure santé, éducation et protection sociale, peuvent créer d’autres voies pour les filles et leurs familles.

Tout aussi essentiel est le travail lent et patient visant à faire évoluer les normes sociales. Ces évolutions fondamentales et durables proviennent des communautés elles-mêmes et dépendent de la mobilisation des mères et des pères pour trouver des solutions qui auront des retombées importantes sur la vie de leurs filles.

Lorsque le mariage des enfants ne sera plus qu’un souvenir, nous aurons mis fin à une inégalité qui spolie les filles de leurs droits fondamentaux et leur vole leur enfance. Les filles et les femmes seront plus nombreuses à pouvoir profiter pleinement de leur vie et à offrir le meilleur à leur famille, à leur communauté et à la société – un grand pas en avant dans la rupture du cycle intergénérationnel de la pauvreté et le renforcement des communautés et des nations. Mettre fin au mariage des enfants permettra de transformer la vie des filles et d’engendrer des bénéfices pour tous.

Angelique Kidjo, Artiste primée et ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »