Ebola : les 5 meilleures questions-réponses du Reddit de l’UNICEF

Le Dr Peter Salama, récemment nommé coordinateur mondial de l’intervention d’urgence contre Ebola à l’UNICEF, a participé à un Reddit « Posez-moi toutes vos questions », répondant ainsi à vos questions sur Ebola et l’intervention de l’UNICEF.

Voici un aperçu des questions les plus intéressantes des utilisateurs de Reddit – et des réponses du Dr Salama. Consultez l’intégralité du Reddit ici.

 

Question 1 : La tentative réussie des médias de semer la panique gêne-t-elle votre travail ?

Réponse : Je pense que les médias ont bien réussi à souligner l’importance de cette maladie et la nécessité d’une intervention vigoureuse de la communauté internationale. Il est également important que les médias continuent de s’en tenir aux faits et à la science avec une maladie qui inspire tant de peur. Il est aussi important de se souvenir que si vous ne vivez pas dans les trois pays touchés, le risque de contracter Ebola est très, très faible.  

Un homme et la petite fille qu’il porte sont examinés au scanner thermique dans un point de contrôle entre les villes de Waterloo et Freetown, au Libéria.
© UNICEF/NYHQ2014-1813/BindraUn homme et la petite fille qu’il porte sont examinés au scanner thermique dans un point de contrôle entre les villes de Waterloo et Freetown, au Libéria.

Question 2 : Comment se fait-il que les cas ne se soient pas étendus aux autres pays d’Afrique de l’Ouest tels que la Côte d’Ivoire, ou de manière plus prononcée au Mali ? Pensez-vous que des cas se déclareront en dehors de la Guinée, de la Sierra Leone et du Libéria ?

Réponse : Bien qu’il n’y ait pas eu de cas en Côte d’Ivoire, nous avons eu un cas au Mali récemment et il y en aura potentiellement d’autres. Tous les pays avoisinants sont exposés au risque et il y a eu des épidémies au Nigéria et un cas au Sénégal. Donc tant qu’il y aura des cas dans les trois pays, les pays environnants, et en fait tous les pays, seront toujours exposés au risque.

Des agents sanitaires, portant un équipement de protection des pieds à la tête, s’apprêtent à travailler à l’extérieur d’une unité d’isolement du district de Foya, dans le comté de Lofa.
© UNICEF/2014/Liberia/JallanzoDes agents sanitaires, portant un équipement de protection des pieds à la tête, s’apprêtent à travailler à l’extérieur d’une unité d’isolement du district de Foya, dans le comté de Lofa.

Question 3 : Quel enseignement peut-on tirer du ralentissement des infections au Libéria ? Comment cela peut-il être appliqué aux autres pays affectés ?

Réponse : Le principal enseignement tiré de l’épidémie dans certaines parties du Libéria est que les communautés elles-mêmes constituent un élément clé de l’intervention. Au Libéria, en particulier dans le comté de Lofa, et à Monrovia où le nombre de décès a atteint son maximum en août, les communautés ont pris elles-mêmes la décision de changer les comportements et les pratiques. Les personnes ont cessé d’aller aux enterrements et ont emmené leurs proches malades se faire soigner rapidement. Il s’agit probablement là de la principale raison à l’origine de la stabilisation de certaines parties du Libéria. L’intervention internationale a également aidé et l’UNICEF est fier d’en faire partie. Mais il reste encore beaucoup à faire.

Cette affiche UNICEF de sensibilisation à Ebola illustre les meilleurs moyens d’empêcher la propagation du virus.
© UNICEF/2014/Liberia/JallanzoCette affiche UNICEF de sensibilisation à Ebola illustre les meilleurs moyens d’empêcher la propagation du virus.

Question 4 : Pensez-vous que le racisme, la discrimination de classes et d’autres déterminants sociaux participent à la propagation du virus Ebola, comme ils l’ont fait avec l’épidémie de choléra au 19ème siècle ?

Réponse : Ce qui se passe aujourd’hui fait écho au souvenir que j’ai des débuts de l’épidémie de VIH, lorsque je travaillais en Afrique et en Australie, où les personnes atteintes de la maladie étaient confrontées à une stigmatisation et une discrimination considérables. La stigmatisation et la discrimination ont ensuite mené les gens à ne plus vouloir admettre qu’ils avaient la maladie et à probablement contribuer à son expansion en gardant la maladie secrète. De même, les survivants et les proches étaient aussi stigmatisés. Il y a donc beaucoup de points communs avec le VIH et nous devons rapidement en tirer des leçons.

Nous travaillons avec des personnes ayant survécu à Ebola dans les trois pays les plus affectés et la plupart d’entre elles ont perdu leur emploi et beaucoup ont été rejetées par leur famille, y compris par leurs enfants. Les agents de santé, locaux et internationaux, sont rejetés par beaucoup dans leur communauté, par peur et par ignorance. Nous devons donc lutter sans détour contre cette stigmatisation, de manière scientifique et rationnelle.

Des fournitures de secours envoyées par avion par l’UNICEF pour appuyer l’intervention nationale contre Ebola sont déchargées d’un avion-cargo à l’aéroport international de Monrovia-Roberts.
©UNICEF/NYHQ2014-1300Des fournitures de secours envoyées par avion par l’UNICEF pour appuyer l’intervention nationale contre Ebola sont déchargées d’un avion-cargo à l’aéroport international de Monrovia-Roberts.

Question 5 : Que fait précisément l’UNICEF pour stopper Ebola ?

Réponse : L’UNICEF se concentre sur l’appui aux communautés pour qu’elles se protègent et qu’elles puissent accéder aux soins de santé de base si l’un de leurs membres contracte Ebola. En Sierra Leone, par exemple, l’UNICEF et ses partenaires ont rendu visite à environ 80 % des foyers du pays pour les informer sur Ebola et identifier des malades éventuels. Cette semaine, nous ouvrons dix établissements de soins de base dans les régions rurales de Sierra Leone pour que les patients n’aient pas à parcourir de longues distances loin de leur famille et communauté pour se faire soigner. L’UNICEF est le premier fournisseur d’équipement dans le cadre de l’intervention, notamment les équipements de protection personnels que vous avez vus à la télévision. L’UNICEF a également une responsabilité particulière en ce qui concerne les enfants, notamment : les enfants qui contractent la maladie, les enfants qui ont perdu leurs parents à cause de la maladie, et les enfants qui ont été rejetés par leur famille parce qu’ils avaient été en contact avec la maladie.

Vous avez d’autres questions au sujet du virus Ebola ? Regardez la vidéo  « Explain Like I’m Five » (en anglais) que nous avons co-produite avec Reddit.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »