Des foyers de cuisson améliorés pour réduire les risques de maladie et la déforestation

Près de la moitié de la population mondiale utilise la biomasse pour la cuisson. Au Zimbabwe, ce chiffre est de 74 %. L’utilisation de la biomasse a des conséquences considérables sur la santé, l’environnement, l’égalité hommes-femmes ainsi que sur la lutte contre la pauvreté. Par ailleurs, l’exposition à la pollution de l’air intérieur par la fumée de bois et la contrainte du ramassage du bois pour le feu ont de nombreux effets négatifs sur la santé.

Face à l’importance de l’utilisation de la biomasse par de nombreuses communautés, les foyers de cuisson améliorés peuvent faire toute la différence.

L’UNICEF au Zimbabwe a lancé un programme de distribution de foyers de cuisson améliorés en 2015 et 2016 dans le Hurungwe et le Nuanetsi. Ces foyers de cuisson sont plus propres, dégagent moins de fumée, ont un meilleur rendement et sont économes en combustible. De plus, dans le cadre du programme, les femmes apprennent à fabriquer ces foyers de cuisson et enseignent à leur tour à d’autres femmes comment les fabriquer. Les ressources pour la fabrication sont gratuites et disponibles localement, et les femmes gagnent de l’argent en vendant ces foyers de cuisson.

Le programme concernait 3 480 familles et environ 17 400 personnes en ont bénéficié indirectement. Les foyers de cuisson Tsotso, qui sont utilisés en majorité, ont permis de réduire la consommation en combustible de 39 % comparé à la cuisson sur feu de bois en plein air.

Qu’avons-nous donc appris ? Ces foyers de cuisson sont-ils adaptés à la cuisson ? Quels sont les avantages et inconvénients de cuisiner avec les foyers de cuisson Tsotso ? Permettent-ils d’économiser de l’argent et du combustible ? Les membres des communautés tirent-ils d’autres avantages de l’utilisation de ces foyers de cuisson ou de ce programme ?

Non seulement les membres des communautés ont reconnu l’utilité de ces foyers de cuisson mais ils ont pu déterminer également des aspects positifs particuliers de leur utilisation – ces foyers de cuisson leur ont permis de gagner du temps, de réduire la consommation de bois ainsi que la pollution de l’air intérieur et ont eu des conséquences positives sur leur santé et leur hygiène. Dans certains cas, des femmes ont signalé que les membres de leur famille n’avaient plus les yeux et le nez qui coulaient lorsqu’ils faisaient la cuisine.

Des groupes de discussion organisés avec des membres des communautés ont montré que ces foyers de cuisson étaient parfaitement adaptés à leur façon de cuisiner et simples d’utilisation. L’un des utilisateurs de ce foyer de cuisson en a même fait un poème :

Durant l’hiver, j’apporte de la chaleur ; qu’il fasse chaud, qu’il pleuve ou qu’il fasse froid, je permets de manger chaud ; il suffit juste de me transporter et de me poser où l’on veut ; je ne réponds à aucune règle, aucun protocole ou réglementation ; je réponds simplement au nom de foyer de cuisson Tsotso.

Outre la réduction de la pollution de l’air intérieur et l’amélioration de la santé des enfants, les foyers de cuisson améliorés permettent également de réduire la déforestation et le temps passé au ramassage du bois pour le feu et ont, par conséquent, des répercussions positives sur les économies locales. Plus d’enfants peuvent ainsi arriver à l’heure à l’école car ils passent moins de temps à préparer la nourriture et à chauffer l’eau pour se laver.

Une femme sourit tout en remuant la nourriture dans une marmite posée sur un foyer en argile
Une femme utilisant un foyer de cuisson Tsotso dans le Nuanetsi, Chingwizi, Zimbabwe.

La sensibilisation et l’apprentissage sont au cœur du programme. Informer sur les avantages de l’utilisation des foyers de cuisson améliorés en matière de santé et d’environnement permet d’en augmenter la demande et aide les familles à améliorer leur santé.

Les familles comprennent les dangers de la pollution de l’air intérieur pour la santé et les moyens d’améliorer leur santé en cuisinant dans un environnement moins pollué et plus aéré, en plein air par exemple. Les hommes et les femmes apprennent également comment aérer leur cuisine, réduire la pollution lors de l’allumage du feu du foyer de cuisson, et utiliser du bois séché de manière appropriée pour réduire considérablement le niveau de pollution.

Media Nyamasoka, 35 ans, de la ville de Karoi, vit avec son mari et leur fils de 12 ans. Elle a été désignée comme membre de la communauté susceptible d’apprendre à d’autres femmes à fabriquer leurs propres foyers de cuisson améliorés.

Lors d’une visite de soutien à domicile, Media a déclaré : « Avant de me lancer dans ce projet de foyer de cuisson amélioré, mon mari et moi avions beaucoup de mal à nourrir correctement notre famille. Grâce au projet, j’ai pu fabriquer de plus en plus de foyers de cuisson, ce qui m’a permis de vendre environ 200 foyers de cuisson Tsotso à 3 dollars chacun et 80 foyers de cuisson Jengeta Huni en trois mois. Dorénavant, notre famille peut avoir une alimentation équilibrée et nous sommes en mesure de payer les frais de scolarité à temps. »

Les différents programmes concernant les foyers de cuisson améliorés ont montré tout leur potentiel positif pour les communautés – toutefois, leur succès nécessite une coordination incluant la promotion et la sensibilisation aux avantages de ces foyers de cuisson en matière de santé, d’environnement et d’économie. La fabrication des foyers de cuisson et le déploiement des programmes doivent impérativement tenir compte de la façon dont les familles cuisinent et des types de foyers de cuisson qu’elles utilisent. De plus, l’information et la sensibilisation en continu sont essentielles pour s’assurer que les familles continuent d’utiliser leurs nouveaux foyers de cuisson améliorés.

 

Amy Wickham est Responsable des questions liées aux changements climatiques à l’UNICEF Zimbabwe.

.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »