Dans l’est de l’Ukraine, les enfants souffrent du manque d’approvisionnement en eau lié aux conflits

Dans mon pays natal, le Pakistan, le manque d’accès à l’eau potable salubre est un problème constant dans les régions rurales. Mais à mon arrivée en Ukraine, j’ai été très étonnée de constater que dans ce pays également certaines personnes sont contraintes de se passer d’eau potable pendant plusieurs mois.

L’Ukraine dispose d’abondantes ressources naturelles en eau, et d’un système d’approvisionnement en eau bien plus développé que celui du Pakistan. Mais les infrastructures d’approvisionnement en eau ont été endommagées par le conflit en cours à l’est du pays. Actuellement, au moins 700 000 personnes sont privées d’accès à de l’eau potable dans les oblasts de Donetsk et Luhansk.

« Pendant les mois sans eau, j’étais tellement désespérée que je faisais fondre de la neige pour pouvoir avoir de l’eau potable pour mes enfants. J’ai été soulagée de trouver des lingettes humidifiées dans le kit fourni par l’UNICEF, elles m’ont permis de laver mes enfants. Cela faisait des jours que nous n’avions pu les laver, » explique Maria, mère de deux enfants, déplacée depuis peu de la ville de Debaltseve.

Livraison d’eau potable salubre à la ville de Debaltseve, dans l’oblast de Donetsk, en Ukraine. © UNICEF Ukraine/2015/A.Filippov
Livraison d’eau potable salubre à la ville de Debaltseve, dans l’oblast de Donetsk, en Ukraine. © UNICEF Ukraine/2015/A.Filippov

Afin de répondre aux besoins urgents, l’UNICEF Ukraine, en collaboration avec ses partenaires, a fourni de l’eau en bouteille à plus de 118 000 personnes à l’est de l’Ukraine. L’UNICEF, avec l’appui du service de l’UE à l’aide humanitaire et à la protection civile (ECHO), a également fourni trois installations d’épuration des eaux à la ville de Krasnohorivka (oblast de Donetsk), qui permettront d’assurer un approvisionnement continu en eau potable salubre pour 20 000 personnes.

La semaine dernière, je me suis rendue dans les villes de Kramatorsk et Sloviansk, où j’ai parlé avec de nombreuses personnes déplacées d’endroits touchés par les conflits où ceux qui sont restés n’ont toujours pas accès à l’eau potable salubre. Dans certains cas, il y a de l’eau, mais elle n’est pas potable, à en juger par sa couleur et son mauvais goût. Je crains que la mauvaise qualité de l’eau et le manque de produits d’hygiène ne causent des maladies, en particulier chez les plus vulnérables : les enfants et les femmes.

L’eau salubre est un droit fondamental, et nous devons nous assurer que tout le monde y ait accès, que ce soit au Pakistan ou en Ukraine. Nous devons faire de notre mieux pour garantir le respect de ce droit fondamental pour les enfants.

Noor Bakhsh est responsable du programme eau, assainissement et hygiène pour l’UNICEF Ukraine.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »