Cinq points essentiels sur l’eau et le changement climatique

Le changement climatique va bien au-delà des ours polaires : il concerne les vies de millions d’enfants de la planète qui sont confrontés à des risques de catastrophes liées au climat comme les ouragans, les inondations et les sécheresses. Comme la Journée mondiale de l’eau approche, prenons un instant pour rassembler les dernières données sur l’eau, le climat et les enfants.

  • Les effets du changement climatique se ressentent d’abord à travers l’eau, à travers les sécheresses, les inondations et les ouragans. Quand ces catastrophes se produisent, elles peuvent faire disparaître des réserves d’eau entières ou les contaminer, ce qui pose un risque pour des millions d’enfants.
  • Presque 60 millions d’enfants vivent dans des régions qui ont déjà de faibles niveaux d’accès à l’eau et sont exposées aux sécheresses et aux inondations.
  • En période de sécheresse, de nombreuses familles n’ont pas les moyens de migrer et sont obligées de dépendre de réserves d’eau contaminées. Près de 160 millions d’enfants vivent dans des régions où le risque de sécheresse est élevé.
  • Plus de 300 millions d’enfants vivent dans des régions où les risques d’inondations sont élevés, avec la moitié ou plus de la population vivant avec moins de 3,10 dollars par jour. Les eaux de crue peuvent contaminer les réserves d’eau, ce qui provoque des maladies sur une grande échelle et aggrave la pauvreté.
  • Sans eau salubre, les enfants risquent de contracter des maladies comme la diarrhée. Plus de 800 enfants meurent chaque jour de la diarrhée, provoquée par de l’eau insalubre, de mauvais équipements sanitaires et des conditions d’hygiène insuffisantes.
Hasna Sadik, 6 ans, pose pour une photo à l’ombre d’un arbre, protégée de la chaleur étouffante.
© UNICEF/UN013514/AyeneHasna Sadik, 6 ans, pose pour une photo à l’ombre d’un arbre, protégée de la chaleur étouffante. Elle va toujours en classe bien que les écoles ne servent pas toujours des repas et manquent souvent d’eau.

Bien que tout ceci dépeigne un tableau plutôt sombre, il y a aussi des nouvelles positives. Le programme de l’UNICEF « Eau, assainissement et hygiène (WASH) », utilise déjà des solutions innovantes comme des pompes à eau alimentées par l’énergie solaire et la collecte des eaux de pluie pour diminuer l’impact du changement climatique sur les enfants et les aider à préserver leur avenir.

Les pires effets du changement climatique ne sont pas inévitables. Rendre plus équitable l’accès à des sources d’eau sûres, durables et résistantes aux phénomènes climatiques permettra de protéger les enfants les plus vulnérables avant, pendant et après les catastrophes climatiques.

Philippa Lysaght est spécialiste de la communication à WASH pour la défense des intérêts publics, Division de la communication, UNICEF.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »