Changement climatique : la voix des jeunes du monde entier

Demain se déroule à New York une importante réunion, une réunion qui aura des répercussions allant bien au-delà de la petite île de Manhattan.

Demain, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, animera le Sommet sur le climat 2014 avec un objectif important : obtenir que tout le monde s’engage en faveur du plan destiné à faire face au changement climatique et aux effets qu’il aura sur chacun de nous.

Mais ces effets auront probablement un impact sur certains groupes de population plutôt que sur d’autres – et les enfants et les jeunes figurent parmi eux. Non seulement parce qu’ils devront vivre avec les conséquences  des décisions que nous prenons (ou ne prenons pas) aujourd’hui concernant le changement climatique ; mais aussi parce qu’ils sont aussi davantage vulnérables au changement climatique.

Il est donc essentiel que tous les débats sur le changement climatique et l’environnement ne se produisent pas sans que l’on consulte les enfants et les jeunes. Ceci est logique mais en plus il s’agit d’un droit fondamental qu’ont tous les enfants, celui de pouvoir faire entendre leur voix sur des sujets qui les touchent.

climate 3
©UNICEFMéxico/AndyRichter/2014Une cartographe du changement climatique de la Voix des jeunes – Javanna de la Jamaïque – a pris des photos de déchets sur le bord d’une route.

Par conséquent, en préparation au sommet de demain, nous avons mobilisé il y a quelques semaines notre réseau mondial en ligne la Voix des jeunes (VOY) pour que les jeunes s’expriment sur l’impact du changement climatique et la dégradation de l’environnement dans leurs communautés.

Notre outil pour cela ? Les cartes de la Voix des jeunes, un système de cartographie numérique que nous avons conçu avec le Public Laboratory for Open Technology and Science (Laboratoire public pour l’ouverture de la technologie et des sciences) et le Laboratoire mobile d’expériences du MIT.

Un groupe de jeunes cartographes numériques de Madagascar enquête sur leur environnement.
(c) UNICEF Madagascar/2014.Un groupe de jeunes cartographes numériques de Madagascar enquête sur leur environnement.

En août, nous avons porté le problème sur Internet et les médias sociaux en lançant un appel à candidatures en demandant aux jeunes de nous dire pourquoi ils devraient être choisis pour nous aider à intégrer les voix des jeunes dans les débats du Sommet sur le climat. Nous avons envoyé à chacune des 43 personnes que nous avons choisies pour la cartographie du changement climatique un formulaire de recommandations où figuraient les indications leur permettant d’analyser leurs communautés et de faire parvenir des informations sur les points suivants :

Comment le temps et les conditions climatiques ont impacté leur communauté ; quelles sont les preuves de dommages et de pollution d’origine humaine ; quels sont les autres risques pour leur environnement physique ; et quels sont les signes de prise de mesures positives.

climate map
La carte du changement climatique de la Voix des jeunes.

La carte que vous voyez représente ce que ces jeunes – originaires de pays aussi divers que le Népal, le Ghana, le Danemark et Haïti – perçoivent comme preuve de problèmes environnementaux. Ils font états de cas de déboisement, de pollution atmosphérique causée par les automobiles et signalent des zones qui sont vulnérables aux inondations et à la sécheresse pendant l’année. Ils évoquent également la présence de déchets dans les rues, sur les plages, dans les caniveaux et dans les rivières, ce qui montre les difficultés en matière de gestion de déchets auxquelles sont confrontées tant de villes.

climate-mapping

Mais les cartographes du changement climatique ne diffusent pas que des mauvaises nouvelles : il existe de nombreuses informations qui montrent que des mesures positives sont possibles. En Suède, on signale des services de vélo en libre-service et de recyclage ; au Kenya, des initiatives artisanales innovantes qui transforment les articles non recyclables comme les sacs en plastique en sacs durables ; et en Jamaïque et au Pakistan, des projets concernant les énergies renouvelables pour faire face aux problèmes d’énergie de la façon la plus propre possible.

recycled-plasticJe vous demande de prendre le temps de « voyager » à travers la carte : de lire ce que ces jeunes ont à dire ; et d’en tirer l’inspiration nécessaire pour faire de votre mieux pour réagir face au changement climatique.

Gerrit Beger est Conseiller principal au sein de l’Initiative médias sociaux et numérique à la Division de la communication de l’UNICEF à New York.

 

 

 

Le mardi 23 septembre de 17 h 15 à 18 h 30 (heure de New York), l’UNICEF, avec l’ONU-Femmes et l’UNFPA organiseront une session pendant le Sommet sur le climat intitulée « Les voix de ceux qui se trouvent en première ligne face au changement climatique ». Cette réunion sera diffusée ici en flux continu  ou vous pourrez la suivre sur  @UNICEFtalk ou #climate2014 sur Twitter pour participer au débat. Si vous avez des questions à adresser aux intervenants, tweetez-les sur  @UNICEFtalk ou bien laissez-les dans la partie ci-dessous réservée aux commentaires.

Réagir à cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont annotés « obligatoire. »